MA PREMIERE OMRA [ PARTIE 1 : LA RENCONTRE ] • MY FIRST UMRAH [PART 1 : THE MEETING]


MY

FIRST

UMRAH

[PART 1 :

THE MEETING].

By Anaqah / Picture : Anaqah

We are all looking for happiness and especially for inner peace. A peace that is such that it takes you away, where nothing matters, all the negative that fills this world no longer touches you. It doesn’t matter anymore. I already thought I knew peace, I already had peace in my life, the moments where you feel tranquil and restful but it is while doing my first #umrah that I understood that I did not know anything about it.

I was about to meet peace, the real one. The one we are looking for throughout our lives, in its purest version.

On est toute à la recherche du bonheur mais surtout de cette paix intérieure. Une paix qui est telle qu’elle vous emporte, où rien n’a plus d’importance, tous le négatif qui comble ce monde ne vous touche plus. Plus rien n’est grave. Je pensais déjà connaître la paix, j’ai déjà étais en paix dans ma vie, les moments où tu te sens apaiser, bien, mais c’est en faisant ma première #omra que j’ai compris que je n’y connaissais rien. Je m’apprêtai à rencontrer la paix, la vraie. Celle que l’on recherche tout au long de notre vie, dans sa version la plus pure.

PART 1

THE MEETING

PARTIE 1 : LA RENCONTRE

I arrived in Mecca at night around 2am, time to drop our suitcases and we were already on our way to perform our omra just before Fajr. It had been months since I prepared, I was so impatient. I was expecting to be overwhelmed by emotions because it's "the norm", everyone is like that. It was not my case at all. I was there in front of the Kaaba, I felt like I was dreaming, I was in shock, no emotion left. It must be said that I am like that, very reserved, I rarely show my emotions in public and I have trouble expressing them, even if inside there is a agitated sea. I saw it on TV, in pictures, in painting (you probably had one at home or in someone's house) but to be there, to see it in real life, was unreal, too much emotion all at once. I realised slowly but surely 2 days later. All emotions came out on the day we left, 4 days later, leaving Mecca in a taxi, I opened the door trembling, I cried like a baby, like I had never cried before for one hour straight in silence hidden behind my big black sunglasses. I was heartbroken like a child deprived of her favorite doll, she is part of her, how is she suppose to cope without her? How am I going to cope now when a part of me is left there?

Je suis arrivée à la Mecque dans la nuit vers 2h du matin, le temps de déposer nos valises et nous voilà déjà en marche pour notre omra juste avant Fajr. Ça faisait des mois que je m’y préparée, j’étais tellement impatience. Je m’attendais à être submergée par les émotions parce que c’est “la norme”, tout le monde est comme ça. Ce n’était pas du tout mon cas. J’étais là devant la Kaaba, j’avais l’impression de rêver, j’étais sous le choque, aucune émotion n’ai sortie. Il faut dire que je suis comme ça, très réservée, je montre rarement mes émotions en public et j’ai du mal à les exprimer, même si à l’intérieur il y a un océan agité.Toute ma vie j’avais pu la voir à la télé, en photo, en tableau (tu l’as sûrement eu chez toi ou vu chez quelqu’un) mais être là, la voir en vraie, c’était irréelle, trop d’emotion d’un coup. Toutes les émotions sont sorties 4 jours plus tard le jour du départ, en quittant la Mecque dans un taxi, j’ai ouvert la porte tremblante, pleurant comme un bébé comme jamais je n’avais pleurée auparavant, pendant 1h en silence cachée derrière mes grandes lunettes de soleil noir. J’avais le cœur brisée comme une enfant privée de sa poupée préférée, elle fait partie d’elle, comment faire sans ? Je fais comment moi maintenant avec une partie de moi en moins ?


FRANCAIS      ENGLISH

 © ANAQAH – All rights reserved 2016 - 2020

  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon